DE| FR| IT| Contact

Les zones de tranquillité servent à canaliser les utilisateurs de la nature

Les animaux sauvages ont besoin de zones de repli dans lesquelles ils ne sont pas dérangés. Les zones de tranquillité sont un instrument permettant de garantir une possibilité de repli à la faune.

Vu le nombre limité d’habitats adéquats, calmes et interconnectés, les animaux sauvages ne peuvent pas toujours éviter les rencontres avec l’homme. Il est donc prioritaire de canaliser les activités humaines en délimitant à cet effet des zones de tranquillité pour la faune, surtout en hiver, afin de laisser des espaces suffisamment vastes où les animaux peuvent se réfugier et se nourrir. Les zones de tranquillité créent une séparation spatiale et temporelle des hommes et de la faune.

Canalisation des activités de loisirs

Les zones de tranquillité servent à canaliser les « utilisateurs » (randonneurs, skieurs, sportifs en tout genre,…). Une zone de tranquillité peut être un site autonome ou alors une enclave à l’intérieur d’un site de protection existant (réserves naturelles, districts francs fédéraux) qu’il est interdit de traverser ou de survoler. Les zones de tranquillité se différencient des sites de protection de la faune, bien que ces derniers puissent avoir temporairement la fonction d’une zone de tranquillité.

Zones de tranquillité (appelées en allemand «Wildruhezonen», «Wildruhegebiete», «Wald-Wild-Schongebiete»)

Les zones de tranquillité sont des sites importants pour les mammifères et les oiseaux sauvages dont l’objectif de protection est de répondre aux besoins de la faune. Selon la loi fédérale sur la chasse (art. 7, al. 4 LChP), elles servent à éviter des dérangements excessifs causés par l’augmentation des activités de loisirs. Les zones de tranquillité ne doivent pas être utilisées, ou sous certaines conditions seulement, par les adeptes d’activités de loisirs. Les restrictions sont valables durant une période déterminée de l’année, dans quelques cas toute l’année.
Il existe des zones de tranquillité légalisées et des zones de tranquilli­té recommandées. Les zones de tranquillité contraignantes sont délimitées par le biais d’un processus législatif (p. ex. via la loi cantonale sur la chasse ou le plan directeur communal) et les infractions commises dans ces zones sont punissables.

Sites de protection de la faune

Les sites de protection de la faune ont pour but la protection et la conservation de certaines espèces ainsi que la protection et la conservation de leurs habitats. Au niveau fédéral, les sites de protection pour les mammifères et oiseaux sauvages se basent sur l’art. 11 de la loi sur la chasse. Les 41 districts francs fédéraux font partie de cette catégorie de sites protégés. En plus de la chasse, la pratique des activités de loisirs est également restreinte : selon l’art. 5 de l’ordonnance sur les districts francs fédéraux (ODF), le ski pratiqué en dehors de pistes et d’itinéraires balisés est interdit. Les chiens doivent être tenus en laisse.
L’organisation de réunions sportives et d’autres manifestations collectives nécessite une autorisation cantonale. La pratique d’activités de loisirs hivernales est ainsi soumise aux mêmes restrictions d’accès que dans les zones de tranquillité contraignantes dans lesquelles il est obligatoire de rester sur les sentiers balisés.

En plus des zones de tranquillité et des sites de protection de la faune, il existe aussi d’autres types de sites de protection (réserves naturelles, sites de protection privés – p. ex. Pro Natura, etc.), pour lesquelles des règles spécifiques s’appliquent. Ces sites ne sont toutefois pas répertoriés ici. Pour toute information complémentaire, prière de vous rendre sur les géoportails cantonaux ou de contacter les organisations compétentes (p. ex. Pro Natura).

Panneau sur les zones de tranquillité