DE| FR| IT| Contact

Une planification cynégétique judicieuse minimise les dérangements

La chasse constitue potentiellement un important facteur de dérangement pour les animaux sauvages. Une planification cynégétique judicieuse ainsi qu’un comportement adéquat des chasseurs eux-mêmes permettent cependant d’abaisser ce dérangement à un niveau acceptable.

La chasse a une fonction importante dans la conservation de populations d’animaux sauvages saines et bien adaptées à leurs habitats. Elle peut cependant aussi être une source importante de dérangement. Un chasseur peut ainsi, tout comme un randonneur en raquettes ou un cueilleur de champignons, faire fuir un animal lorsqu’il chasse à l’approche en dehors des chemins. Les chasseurs sont de plus souvent actifs à l’aube et au crépuscule, moments particulièrement appréciés par la plupart des animaux pour s’alimenter.

Selon le système de chasse (il en existe deux en Suisse : la chasse à patente et la chasse affermée), les mesures pour minimiser les dérangements ne sont pas les mêmes. Ces mesures contribuent également à améliorer le succès de chasse.

La chasse à intervalles dans le système de chasse affermée

De longues périodes de chasse (pour le chevreuil p. ex., selon les cantons, de mai à décembre) ainsi qu’une faible pression de chasse, sont caractéristiques du système de chasse affermée. La chasse se pratique donc également durant des périodes sensibles comme la période de reproduction ou l’hiver. Afin d’éviter ces désagréments tout en permettant une régulation efficace des cheptels, la chasse à intervalles est recommandée. Des laps de temps avec et sans chasse se succèdent. Ce procédé permet de garantir la tranquillité dans les habitats durant les périodes critiques.

Districts francs dans les systèmes de chasse à patente

Dans les cantons à chasse à patente, la chasse se pratique principalement en septembre et en octobre. La pression cynégétique est concentrée sur une courte période mais est élevée. Cependant, sur l’ensemble de l’année, le dérangement total est tout de même moins élevé que dans les cantons à chasse affermée. Mais durant les semaines de chasse, les animaux recherchent des sites tranquilles ou des endroits inaccessibles. De petits districts francs (aussi appelés réserves de faune ou réserves de chasse par exemple) bien répartis permettent d’éviter des concentrations artificielles et offrent durant cette période une protection contre les dérangements. Une bonne distribution des animaux dans l’ensemble du milieu naturel concerné augmente également les chances de succès du chasseur.

Pas de chasse durant la période de tranquillité

Les zones de tranquillité ne sont pas des districts francs supplémentaires. La régulation cynégétique des populations de gibier est aussi nécessaire dans les zones de tranquillité. Il est donc important de concilier minutieusement les dispositions relatives à la chasse avec celles relatives à la tranquillité de la faune. La chasse devrait notamment s’exercer uniquement durant les périodes où les restrictions en matière de dérangement ne sont pas en vigueur.

La responsabilité individuelle des chasseurs joue également un grand rôle. Ils doivent se comporter de manière respectueuse afin que les animaux ne soient pas trop dérangés durant l’exercice de la chasse.